Thérapies marines

Psoriasis en gouttes : cause et traitement

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique et multifactorielle dans laquelle l’immunité médiée par les lymphocytes T subit une altération.

Le psoriasis guttata ou psoriasis en gouttes est une forme de psoriasis aigu qui se présente sous la forme de petites « gouttes de pluie » rouges rosées et squameuses sur la peau.

Environ 8 % des personnes atteintes de psoriasis développent un psoriasis en gouttes.
Dans cet article, nous verrons ce qu’est le psoriasis en gouttes, combien de temps il dure et quels sont ses symptômes. Nous expliquerons les différentes approches thérapeutiques de la maladie et étudierons l’utilisation de l’eau de mer comme traitement adjuvant du psoriasis en gouttes. 

Qu’est-ce que le psoriasis en gouttes ?

Le psoriasis en gouttes est un type de psoriasis qui apparaît sur la peau sous forme de petites plaques rouges et squameuses en forme de gouttes. Il ne laisse généralement pas de cicatrice. 

Il s’agit d’une maladie auto-immune, en d’autres termes : l’organisme considère ses propres cellules comme des envahisseurs et les attaque. Il est possible d’avoir un psoriasis en gouttes une seule fois ou de faire plusieurs poussées. Dans certains cas, ce type de psoriasis ne disparaît pas, il faudra alors trouver un traitement approprié pour contrôler les symptômes.

Le psoriasis en gouttes touche essentiellement les enfants et les jeunes adultes. C’est la deuxième forme de psoriasis la plus fréquente chez les enfants, après le psoriasis en plaques chronique. Le psoriasis en gouttes peut atteindre tout le monde, sans distinction de sexe ou de race.

Pourquoi fait-on un psoriasis ?

Les manifestations cliniques du psoriasis sont dues à une prolifération accrue des kératinocytes qui ont une différenciation anormale (processus de maturation) et n’ont pas le temps de bien finaliser leur maturation. Au lieu de se renouveler en 28 jours, leur processus de maturation dure à peine quatre jours.

Des études se concentrent actuellement sur les causes et les bases génétiques du psoriasis. Parmi celles-ci figurent l’allèle HLA-C, les gènes codant pour l’IL-12 et l’IL-23 et la protéine régulatrice du facteur NF-kB, entre autres.

On peut dire qu’il s’agit d’une maladie très complexe, car il n’existe pas de modèles animaux montrant le développement de la maladie, qui est purement humaine. Malgré tout, des modèles animaux représentant le processus pathologique ont été conçus, permettant d’obtenir des informations précieuses pour sa compréhension.

Psoriasis en gouttes : causes et déclencheurs

Le psoriasis en gouttes apparaît généralement une à deux semaines après une infection par streptocoques des voies respiratoires supérieures, en particulier une amygdalite ou une pharyngite streptococcique, ou d’autres régions tels que la dermatite streptococcique périanale. Les streptocoques bêta-hémolytiques peuvent stimuler directement la prolifération des lymphocytes T cutanés dans les amygdales.

Autres facteurs déclenchants communs :

  1. Médicaments : tels que les antipaludéens et les bêta-bloquants.
  2. Infections : telles que la grippe, les infections des sinus ou les infections des voies respiratoires supérieures.
  3. Infection à streptocoque.
  4. Amygdalite.
  5. Lésion cutanée.
  6. Stress.

Tests et examens 

Le plus important dans le diagnostic du psoriasis en gouttes est le tableau clinique, c’est-à-dire un examen approfondi de la peau et de l’aspect des plaques.

Un autre point important de l’anamnèse consistera à vérifier l’état des voies aériennes supérieures du patient, car une personne atteinte de psoriasis en gouttes aura généralement eu récemment une infection des voies respiratoires supérieures.

Bien qu’ils ne soient généralement pas nécessaires au diagnostic de ce type de psoriasis, les examens complémentaires suivants peuvent être effectués pour confirmer ou écarter des doutes :

  1. Exsudat pharyngé.
  2. Biopsie cutanée.
  3. Prise de sang (streptocoques).

Symptomatologie du psoriasis en gouttes 

Le psoriasis en gouttes se manifeste par de petites taches rondes appelées papules, qui sont en relief et parfois squameuses, mais pas autant que dans le cas du psoriasis en plaques. 

Les papules sont causées par une inflammation de la peau et apparaissent généralement sur les bras, les jambes et le torse. Cependant, il est également possible de développer des papules sur le visage, les oreilles et le cuir chevelu. Le psoriasis n’apparaît pas sur les paumes des mains, les plantes des pieds ou les ongles, comme c’est le cas pour d’autres formes de psoriasis. 

Une poussée est plus susceptible de se produire en hiver, lorsque l’air est sec. Les symptômes peuvent disparaître plus tôt en été.

Aspect des lésions :

  1. Petites
  2. Roses, rouges à marrons (selon la couleur de la peau)
  3. Séparées les unes des autres
  4. Fréquentes sur le torse ou les extrémités
  5. Lésions en forme de gouttes, plus petites que les lésions du psoriasis en plaques

Psoriasis en gouttes et stress : une relation étroite

Selon l’étude “Psychological Stress, Mast Cells, and Psoriasis—Is There Any Relationship?” [1], le stress psychologique chronique altère le système endocrinien, entraînant un fonctionnement pathologique des organes, dont la peau. Sans oublier le stress chronique qui a un impact négatif sur notre immunité et détériore le fonctionnement des systèmes digestif et reproducteur. Le stress chronique peut être à l’origine de nombreuses maladies et influer sur leur évolution [2].

Le mécanisme exact de la relation entre le stress et le psoriasis reste ambigu. Polenghi et al. ont montré que 72 % des patients atteints de psoriasis avaient vécu des événements stressants importants environ un mois avant l’apparition d’un psoriasis. Par ailleurs, ces patients présentaient des niveaux élevés d’anxiété [3].

Brouwer et al. ont indiqué que le taux de cortisol est significativement plus élevé chez les patients atteints de psoriasis que chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et les témoins sains soumis à un stress psychosocial aigu [4]. Une autre étude menée par Richards et al. a démontré qu’un stress expérimental répété entraînait une altération de l’axe HPA et une réduction du taux de cortisol chez les patients atteints de psoriasis [5]. Ces études suggèrent une altération de la réponse glucocorticostéroïde aux facteurs de stress dans le psoriasis [6]. Le stress chronique influence le développement des maladies auto-immunes.

Dans les maladies inflammatoires cutanées causées ou exacerbées par le stress, telles que l’eczéma atopique et le psoriasis, l’activation des mastocytes est le mécanisme clé [7, 8].

Traitement du psoriasis en gouttes

Il existe le traitement conventionnel (pharmacologique) et le traitement intégratif naturel adjuvant du psoriasis en gouttes:

  1. Traitement d’une infection streptococcique active associée à des antibiotiques : il convient de noter que les antibiotiques sont rarement utiles pour traiter l’éruption du psoriasis en gouttes.
  2. Corticostéroïdes topiques : peuvent aider à réduire les rougeurs, les prurits et l’inflammation.
  3. Traitements topiques non stéroïdiens qui comprennent souvent des substances telles que :
    • Dérivés synthétiques de la vitamine D3 : pour ralentir et limiter la prolifération des cellules de la peau. Ils sont parfois associés à un corticostéroïde léger pour éviter les effets secondaires d’un corticostéroïde plus puissant.
    • Dérivés de vitamine A : les rétinoïdes sont un type de composé contenant de la vitamine A. Ils peuvent aider le psoriasis en limitant la production de nouvelles cellules cutanées que ce dernier produit en excès. Ils contribuent également à réduire l’inflammation.
  4. Photothérapie : UVB à bande droite.
  5. Émollients : crèmes, savons, huiles…
  6. Amygdalectomie : en cas d’épisodes récurrents.
  7. Eau de mer Quinton : l’eau de mer hypertonique en spray présente de nombreux avantages pour la peau grâce à sa riche composition en minéraux tels que le sodium, l’iode, le magnésium, le calcium… Il s’agit d’une excellente option thérapeutique pour le psoriasis car notre peau est capable d’absorber tous les minéraux directement à partir de l’eau de mer, contribuant ainsi à l’amélioration des lésions.
  8. Exposition au soleil : de courtes périodes d’exposition à la lumière du soleil peuvent contribuer à réduire les symptômes, mais en raison du risque accru de cancer, cette exposition doit être analysée au cas par cas.
  9. Sels de bain Epsom ou de la Mer Morte : ils peuvent aider à réduire l’inflammation et à éliminer les cellules mortes de la peau.
  10. Huile de coco : adoucit les squames des lésions et facilite l’absorption des médicaments topiques par la peau.

Peut-on guérir le psoriasis en goutte ? – Changer son mode de vie

  1. Régime alimentaire nutritif : la consommation d’aliments nutritifs peut contribuer à réduire les symptômes du psoriasis en gouttes. Une alimentation anti-inflammatoire basée sur des aliments d’origine végétale améliorera considérablement les lésions et contribuera à renforcer le système immunitaire, qui en est la principale cause. 
  2. Exercice quotidien : il est important de maintenir une routine d’exercice lorsqu’on est atteint de psoriasis, en particulier pour la santé cardiovasculaire. Selon une étude réalisée en 2020, il existe un lien entre le psoriasis et un risque accru de maladie cardiovasculaire.
  3. Méditation ou yoga : aide à calmer et à réduire les symptômes du psoriasis, notamment les prurits. Ces pratiques peuvent être spécialement utiles si le stress est l’un des facteurs déclencheurs du psoriasis.
  4. Aide professionnelle (thérapie psychologique) : la recherche a montré que le psoriasis peut entraîner des sentiments de honte ou de malaise social, déclenchant à leur tour un stress et une anxiété supplémentaires qui contribuent à l’aggravation de la maladie. 

Durée du psoriasis en gouttes

La particularité du psoriasis en gouttes est qu’il peut guérir dans les mois suivant son apparition, ce qui n’est pas souvent le cas des autres formes de psoriasis. Cela laisse suggérer qu’un antigène actuellement inconnu serait responsable de la chronicité du psoriasis, par exemple des antigènes alimentaires qui activeraient la fonction immunitaire dans la microcirculation dermique, comme c’est le cas dans certaines affections érythrodermiques dues à l’exposition à des antigènes.

Le psoriasis en gouttes peut devenir persistant et évoluer vers un psoriasis en plaques chronique. Environ 40 % des cas de psoriasis en gouttes évoluent vers un psoriasis en plaques chronique [9]. Un taux encore plus élevé de psoriasis chronique est observé chez les patients présentant des lésions en gouttes qui persistent pendant 12 mois ou plus.

Le psoriasis est une maladie de la peau ? 

Le psoriasis n’est pas vraiment une maladie spécifique de la peau, mais une maladie systémique.

Ceci est démontré par l’augmentation du risque de pathologie cardiovasculaire, de pathologie rénale, etc. C’est pourquoi il faut l’appréhender comme une pathologie systémique et la traiter de manière appropriée.

Eau de mer, peau et psoriasis : une thérapie bénéfique

La thalassothérapie est un procédé thérapeutique connu depuis l’Antiquité, et des études récentes ont démontré avec une rigueur scientifique ce que l’empirisme avait déjà expliqué à ses origines.

La thalassothérapie agit sur les processus dermatologiques par des mécanismes d’action thermiques, chimiques, physiques et immunologiques.

Des études allemandes ont montré que l’eau de mer diminue les niveaux d’élastase. Les effets antiprolifératifs des minéraux de la mer Morte ont également été démontrés dans des cultures de cellules fibroblastes dermiques.

Dans une autre étude, après un traitement par thalassothérapie, la parakératose et l’infiltration des CD3 et CD68 ont diminué, peut-être en raison de l’augmentation de certains opioïdes endogènes impliqués dans la modulation de la réponse inflammatoire et immunitaire.

Les études de laboratoire ont été démontrées dans la pratique clinique. Une étude montre qu’après quatre semaines de traitement, l’indice de gravité est réduit de 81,5 %. Une disparition totale des lésions chez 48 % des patients et une amélioration chez 41 % d’entre eux. Avec une rémission moyenne de 3,3 mois. Il est intéressant de souligner que la réduction des cellules T activées s’accompagne d’une réduction de l’expression de HLA-DR par les kératinocytes épidermiques (AD Choen et al., 2005).

L’utilisation de la Thérapie Marine a des effets sur la régulation et la normalisation des fonctions cellulaires. Par ailleurs, nous devons comprendre que nous ne pouvons pas agresser notre organisme, car il pourrait réagir de manière inattendue aux changements d’un environnement auquel il n’est pas habitué, surtout si nous ne connaissons pas ses susceptibilités.

Types de psoriasis

Le psoriasis peut se manifester de différentes manières. La plus courante est le psoriasis en plaques, mais il en existe d’autres :

  1. Psoriasis en gouttes : apparition de petites plaques, de larmes ou de gouttes réparties sur le corps et la base des membres.
  2. Psoriasis pustuleux : au lieu de plaques, des pustules apparaissent avec une distribution asymétrique, ce psoriasis présente un risque d’infection plus élevé.
  3. Psoriasis inversé : il apparaît dans les plis plutôt que dans les zones d’extension. Les sièges les plus fréquents sont les plis mammaires, les plis axillaires, les fesses et la région de l’aine.
  4. Psoriasis unguéal : il apparaît sur les ongles de manière isolée ou avec une atteinte d’autres sièges. Il se caractérise par l’apparition de ponctuations en dé à coudre et de taches d’huile sur les ongles.
  5. Rhumatisme psoriasique : l’une des formes les plus graves et agressives du psoriasis, qui doit être traitée car elle finit par éroder les articulations et les os touchés.
  6. Psoriasis en plaques ou vulgaire : c’est la forme la plus courante de psoriasis, qui touche les zones de flexion telles que les coudes et les genoux, pouvant apparaître dans d’autres zones.

Psoriasis chez l’enfant et l’adolescent 

Le psoriasis en plaques et le psoriasis en gouttes sont les types de psoriasis les plus courants chez les enfants et les ados.

La maladie peut être contrôlée dans la plupart des cas par un traitement topique et éviter un traitement oral qui présente plus d’effets secondaires à long terme. Rappelons que la maladie est chronique de nature et, par conséquent, le traitement l’est aussi.

Psoriasis en gouttes et pharyngite scarlatiniforme

La pharyngite scarlatiniforme est une cause fréquente de pharyngo-amygdalite bactérienne. Cette infection est causée par le streptocoque du groupe A, un Gram positif fréquent dans la muqueuse buccale, entraînant souvent une pathologie infectieuse des voies respiratoires.

Cette infection peut favoriser l’apparition d’un psoriasis en gouttes ou aggraver un psoriasis vulgaire ou d’autres types comme le psoriasis pustuleux.

La scarlatine peut également être détectée et, si elle n’est pas traitée correctement, elle peut entraîner le développement de pathologies graves telles que le rhumatisme articulaire aigu et la cardiopathie valvulaire. Dans ce cas, le traitement correct de l’infection est important pour éviter une mauvaise évolution de la maladie.

Psoriasis en gouttes : en résumé

Le psoriasis en gouttes est une maladie inflammatoire chronique de nature multifactorielle associée à des processus infectieux tels que l’amygdalite à streptocoque. Il existe actuellement de multiples traitements efficaces contre le psoriasis et ses variantes. On commence à décrire avec la rigueur scientifique requise que les traitements naturels tels que la thalassothérapie sont efficaces et ne présentent pas les effets indésirables des médicaments conventionnels. Ce sont donc de bons adjuvants thérapeutiques.

Laisser un commentaire

No se atenderán consultas médicas *

Pas encore de commentaire

Pas encore de commentaire pour cet article